Actualités

Un cas de rage sur une chauve-souris détecté dans l'Oise : rappel des consignes de précaution

 
 
Un cas de rage sur une chauve-souris détecté dans l'Oise :  rappel des consignes de précaution

Un cas de rage vient d'être confirmé par l'Institut Pasteur de Paris sur une chauve-souris trouvée malade dans la commune de Gouvieux dans l'Oise. Il s'agit du premier cas détecté dans l'Oise.

Les deux personnes ayant manipulé la chauve-souris ont été orientées aussitôt le contact vers le centre antirabique de l'hôpital de Compiègne pour être traitées de manière préventive. Leur état n’inspire pas d’inquiétude.

 La rage des chiroptères est due à un virus de la même famille mais différent de celui de la rage dite "vulpine", affectant principalement le renard. Les transmissions à d'autres espèces dont l'homme n'ont été que très rarement observées en Europe.

 La rage vulpine a été éradiquée en France depuis 2001. Les seuls cas de rage animale survenus ces dernières années sont liés à des importations illicites de chiens en provenance de pays où cette maladie sévit de manière endémique comme en Afrique du nord.

 Les cas de rage autochtones en France ne sont actuellement plus observés que chez les chauves-souris. Le réseau national de surveillance a permis de détecter une soixantaine de cas depuis 1989 sur plus de 2 000 chauves-souris analysées.

 La préfecture de l'Oise souhaite rappeler, dans ce contexte, que les chauves-souris sont des animaux sauvages et protégés. Il est donc important de ne pas les toucher, ni de les manipuler, ni de chercher à les attraper. En cas de découverte d'un spécimen blessé ou mort, il convient de contacter la direction départementale de la protection des populations.

 En cas de contact et surtout de griffure ou de morsure par l'animal, il convient de nettoyer immédiatement la plaie avec du savon et de rincer abondamment avant d'appliquer un désinfectant. Un avis doit alors être pris rapidement auprès d'un médecin ou directement auprès d'un centre antirabique qui estimeront l'opportunité d'une prise en charge médicale préventive.

 Contact :

Direction départementale de la protection des populations

alain.pierrard@oise.gouv.fr

 
 

A lire également :